samedi 27 janvier 2018

Naissance de Poucinette

26 Janvier
Nous sommes à J+4, Poucinette se fait carrément désirer et chaque jour nous parait interminable...

On a beau tenter de lâcher du lest, de lui laisser le temps de venir, le temps passe et nous sommes maintenant nombreux à attendre après cette naissance.
Hier soir j'ai donc naturellement dis à mon homme de ne pas s'inquiéter, qu'il serait au travail demain, rien n'annonce une naissance imminente, Poucinette n'est pas prête, foutons lui la paix !
Pourtant, quand je me fais réveiller par des contractions à 5h22, je sais bien que c'est pour aujourd'hui. Quand le corps est en sommeil les seules contractions qui peuvent venir sont celles d'un travail naturel, je n'ai pas fait d'effort ni de gestes brusques, je dors presque paisiblement, bien blottie entre mes oreillers, c'est donc le début d'une grande journée qui s'annonce. J'ai eu beau tenter de me rendormir, je savais que c'était peine perdue.
Je me lève donc et télécharge un vieil ami : une application pour compter les contractions.
Et là ou j'étais a des contractions toutes les 10min dans mon lit, je passe a toutes les 6-7min. Je me dis que c'est l'activité, que je suis debout, etc. 
Je remplis le crock-pot pour le repas de mes enfants dans la journée. J'envoie des messages à la maman pour qu'elle puisse doucement se préparer sans stresser. Car les contractions sont courtes, je pense en avoir pour la journée tranquillement et j'ai besoin de construire ma bulle avec mon homme pour accoucher sereinement.
J'envoie des messages à la super instit de mon fils, prévenir que lui et sa sœur n'iront pas à l'école aujourd'hui.
Je prends une dernière photo de nous deux avant de rentrer dans la douche, calme et sereine, je profite de l'eau chaude, et malgré ça les contractions se rapprochent.
Toutes les 5-6min.
Je réveille mon homme, il n'ira pas travailler finalement.
Il est 8h.
On se prépare, on lève les petits, j'envisage d'aller balader, la maman de Poucinette se prépare donc à venir pour garder mes petits pour que je puisse sortir et la, les contractions changent.
Elles deviennent douloureuses, moins gérables, mais j'arrive quand même à tenir, a utiliser cette douleur et a avancer.
Il est 10h
Plus question de sortir ! Je tiens à rester prés de ma commode pour m'appuyer dessus avec mon homme pour me masser les reins ! Je m'arrête au milieu de mes phrases pour gérer au mieux les contractions qui sont fortes.
Et la en 1h ca se calme, je me sens chercher le sommeil, j'espère une accalmie et m'allonge un peu. Je trouve presque le sommeil et là .. PLOP !
Je romps la poche des eaux. 5min avant que notre SF n'arrive, timing parfait ! 
Il est 11h40
Je fantasmais secrètement sur la possibilité que Poucinette puisse naître dans sa poche et que ce soient ses parents qui puissent la mettre au monde... Au milieu des hormones et de la déception, j'ai fort besoin d'un câlin de mon homme, qui évidemment est au taquet <3
Câlin de courte durée, car la, les contractions sont fortes. Elles sont courtes et violentes, moins gérables, elle m'agacent, elles m'énervent, je les insulte, mais elles reviennent quand même ...
Mon homme me rappelle ce qui m'aide, il me dit "envoie cette douleur vers le bas" et c'est ce que je fais
Je n'ai jamais su rentrer dans la douleur ou la laisser couler. Mais j'arrivais à l'utiliser, à en faire quelque chose et je l'envoie vers le bas, je m'ouvre avec elle, je la sens qui me traverse et ouvre la voie.
Je ne sens que cette douleur qui m'énerve toujours, je crie, je frappe sur le marche-pied sur lequel je m'appuie, jusqu'à ce que j'étende la jambe droite.
C'est bête, mais je regarde ce geste comme de l'extérieur et la réflexion se fait : ca, c'est l'engagement dans le bassin, c'est la petite qui pivote pour s'engager pleinement et mon corps l'accompagne.
Derrière moi, je sens mon SF qui s'active, qui sort du matériel. Je le regarde et lui dit qu'il sent que c'est imminent !?
Il me sourit
La contraction suivante est là, mais je ne la sens pas s'engager, pourtant, je sais que vu mes gestes, vu ma position, c'est le cas.
Tout est flou, ca commence à faire trop mal. Je voudrais du concret, mais je n'ai que ces contractions douloureusement intenses qui me submergent de plus en plus par grandes vagues. Je pensais avoir du temps, je pensais avoir encore quelques heures devant moi. Tout arrive trop vite et je suis encore très consciente de tout ce qui se passe autour de moi. Je n'ai pas créé cette bulle.
Les vagues continuent de me tomber dessus, mais je garde la tête hors de l'eau, ou du moins, j'essaie.
Je bois la tasse, je ne veux plus, ca fait trop mal
Pourtant, je commence à sentir qu'elle est la, qu'elle est dedans, qu'elle va sortir.
Je bois la tasse encore, phase de désespérance en plein dedans, j'en suis consciente et je le dis. Je sens mon homme inquiet.
Il me porte à bout de bras et sait bien que la phase de désespérance précède la sortie, il ne voit pas qu'ici elle l'accompagne, il a peur pour moi ..
Je sors la tête hors de l'eau, je me projète en arrière, elle doit sortir.
Je hurle comme je n'ai jamais hurlé auparavant. Je crie d'une voix qui m'est inconnue.
Je la sens qui toque a la porte, mais ne sort pas.
Je pousse plus longtemps que ce que m'imprime la contraction, j'espère l'aider au mieux, mais elle remonte.
C'est normal, je le sais, mais quelle frustration ....
Trois énormes contractions, trois énormes poussées plus tard, sa tête franchie enfin le seuil.
Quel soulagement !  
Je respire et en même temps, je sais qu'on y est presque, je voudrais déjà y être, je n'ai plus la patience d'attendre encore et encore des contractions.
Le temps est suspendu..
La contraction arrive, mon SF aide au mieux pour accompagner la poussée et aider cette petite guerrière à enfin rejoindre sa famille.
Soulagement total. J'entends la maman qui pleure derrière moi "elle est tellement belle"
Le papa est silencieux et admiratif de cette petite merveille qui vient agrandir leur monde
12h50
Jamais je n'aurai cru que les choses s'enchaîneraient aussi vite. Personne ne l'a vraiment vu venir jusqu'à ce qu'on y soit
Poucinette est la, juste devant nous
Plus concrète qu'un ventre rond, elle emplit la pièce de ses cris et je souris a les entendre.



Aujourd'hui, pendant quelques heures, la terre a arrêté de tourner pour accueillir cette petite fille. Pour emplir le cœur de nombreuses personnes de joie et d'amour.
Pour sublimer encore plus le merveilleux.
Merci petite princesse de t'être installée en moi et d'y avoir grandi pour rendre tes parents si heureux.
On dit que les bébés choisissent leurs parents, et bien, je peux vous dire que celle-ci a drôlement bien choisi !
Bienvenu sur terre Poucinette, et félicitations aux heureux parents <3

Par ici pour suivre l'article et ses commentaires sur ma page facebook ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire